Actualités » Actualité » Envie Trahison Détraction et Orgueil

Envie Trahison Détraction et Orgueil
Publié le 15 Février 2015
Pèlerin attaqué par Détraction, Trahison, Envie et Orgueil.*
"Le pèlerin, qui tient son bourdon fermement, est sans doute assailli par Détraction qui lui tire les cheveux, par Trahison, Envie et Orgueil (?) qui le frappent respectivement d'un couteau, de deux lances et et deux bâtons ferrés."
 
Attardons nous sur Envie, "l'un des sept péchés capitaux, et même le pire de tous selon les théologiens, car délibérément introduit par le diable pour mieux perdre les hommes." et pourtant l'un des moins connu au Moyen Age.
 
Au XVe siècle, on y voit une maladie sociale (et politique) née d'une extrême tristesse "que déclenche la vue de biens des autres, parce que l'envieux est un orgueilleux qui attache de l'importance à ce qui fait la gloire et que le renom d'autrui diminue le sien. 
Dans cette mesure, pour Grégoire, "on n'envie que ceux que nous estimons en quelque sorte meilleurs que nous."
 
Pour Guillaume de Lorris, l'Envie louche, elle ne regarde jamais les choses en face, elle est par ailleurs représentée pointant d'un doigt monstrueusement grand son globe oculaire qu'elle crève.
 
C'est cependant Guillaume de Digulleville*, dans "Pèlerinage de vie humaine" (dont la miniature est extraite) qui en donne la plus belle description littéraire :
"C'est une vieille femme hâve et décharnée. Elle rampe comme un serpent à quatre pieds. Fille d'Orgueil et de Satan, elle ne peut supporter la supériorité d'autrui et se dévore le sang. 
 
Pèlerinage de vie humaine par Guillaume de Digulleville (1295?-1380?),
seconde moitié du XIVe siècle.
 
Les deux traits que dardent ses regards sont "courroux de la joie d’autrui" et "joie de l'adversité d'autrui".
Elle porte sur son dos Trahison et Détraction et se soutient sur Flatterie. Trahison avec sa boîte d'oignements et son couteau dissimulé, est experte à tromper. Elle fait beau visage au gens, frappe comme le scorpion, mord sans aboyer. Détraction qui l'accompagne, tient entre ses dents l’extrémité d'un glaive qui lui permet de faire des brochettes avec toutes les oreilles qu'elle a frappées de ses mensonges cruels. Elle forge des a langue la calomnie. Elle a la gueule ensanglantée comme le loup qui a égorgé une brebis."
 
 
 - Notes - 
(*) miniature extraite de Pèlerinage de vie humaine/Pèlerinage de l'âme par Guillaume de Digulleville (1295?-1380?), seconde moitié du XIVe siècle.
Aix-en-Provence - BM - ms. 0110, p. 127
 
 - Sources - 
 
 
 
"Vivre en ville au Moyen Age" par Jean-Pierre Leguay (Editions Jean-Paul Gisserot, 10 mai 2012)
 
Mireille Vincent-Cassy, dans son article "L'envie au Moyen Âge", dans Annales ESC, 1980 , 2 (mars avril) pp. 253-271, a étudié la fréquence du mot "envie" et des mots-clés qui lui sont associés (médisance, convoitise, avarice, orgueil...), dont la haine, dans les sources narratives de la période des XIIIe-XVe siècles.
 
 - Crédit photo -
© Institut de recherche et d'histoire des textes - CNRS
 

Aucun commentaire


Poster un commentaire

Nom ou pseudo (obligatoire)
URL de votre site
Texte
Cryptogramme
(saisissez les lettres/chiffres ci-dessus)
  • Les commentaires sont modérés et peuvent faire l'objet de suppressions.
  • Tous propos diffamatoires ou hors sujets seront supprimés.