Agenda » Expositions » The Game of Kings - Medieval Ivory Chessmen from the Isle of Lewis


The Game of Kings - Medieval Ivory Chessmen from the Isle of Lewis
Expositions » Du 15 Novembre 2011 au 22 Avril 2012
"The Game of Kings - Medieval Ivory Chessmen from the Isle of Lewis"
L'exposition se tient aux Cloisters du Metropolitan Museum of Art de New york
jusqu'au 22 mars 2012 
 
En 1831, quatre-vingt-treize pièces d'un jeu d'échecs, sculptées en ivoire de morse pour la plupart (certaines sont en dents de baleine), ont été découvertes par un agriculteur dans les environs de Uig sur l'île de Lewis (côte ouest de l'Ecosse) dans des circonstances plutôt mystérieuses : elles étaient tapies sous une dune de sable.

On suppose qu'elles ont été réalisées en Norvège dans la seconde moitié du XIIe siècle. A cette époque, les îles occidentales faisaient partie du Royaume de Norvège et non d'Ecosse. Comme on le verra plus bas, l'empreinte de la culture scandinave se lit très nettement dans la facture de certaines pièces.
 

© British Museum - London
 
Il est très possible qu'elles aient appartenu à un marchand ambulant se rendant en Irlande. Ces pièces travaillées fort minutieusement forment un ensemble disparate car toutes n'ont pas la même dimension, qui varie de 3 à 10 cm. Leur état général est excellent et elles ne semblent guère avoir été utilisées (voire pas du tout).
 

© National Museum of Scotland - Edimbourg
 
Deux musées se partagent cet héritage connu sous le nom de "Lewis Chessmen". Il s'agit du British Museum de Londres qui possède 82 des pièces originales tandis que le National Museum of Scotland à Edimbourg détient les 11 autres.
 
 

"There are 93 pieces, including 78 chessmen : 8 kings, 8 queens, 16 bishops, 15 knights, 12 warders (fierce warriors that are the equivalent of modern rooks), 19 pawns and 14 tablemen for the game of tables, or backgammon, and a belt buckle. Some pieces are stained red, indicating that the colors of the sides were red and white, not black and white."
The Lewis Hoard of Gaming Pieces : A Re-examination of their Context,Meanings, Discovery and Manufacture

 

© British Museum - London
 
Les personnages ont la particularité d'avoir tous une physionomie singulière, une mine contrite, des yeux exorbités. La rage est même élevée à son paroxysme dans la représentation du combattant mordant son bouclier à pleines dents, une attitude qui rappelle étrangement les féroces guerriers de la mythologie scandinave. On trouve également des rois barbus ou moustachus assis sur leur trône, une épée sur les genoux, des reines assises elles aussi la main droite sur la joue dans une expression de tristesse infinie, des évêques assis, d'autres debout mais toujours avec mitres et crosses, des chevaliers sur leurs montures, des gardiens menaçants et des pions en forme de stèles gravées.
 
Pour cette exposition, plus de trente pièces de la collection du British Museum sont présentées du 15 novembre 2011 au 21 avril 2012, dans la salle romane des Cloisters, branche du Metropolitan Museum of Art consacrée à l'art et l'architecture de l'Europe médiévale. C'est la première fois que les pièces quittent le Royaume-Uni.
 

© British Museum - London
 
Apparus en Inde vers l'an 600, les échecs sont dès le XIe siècle très prisés par l'aristocratie de toute l'Europe. La pièce "hastin", en forme d'éléphant, a été transformée en évêque (c'est-à-dire le fou, le "al-fîl" arabe a donné "le fol" en ancien français). Le personnage qui seconde le roi (ministre, conseiller ou vizir) est devenu la reine. Les "Lewis Chessmen" comptent parmi les premiers exemples dans lesquels on trouve des évêques ainsi que des reines. Bien qu'ils soient désormais devenus tous blancs, quelques-uns des Chessmen de Lewis ont été trouvés colorés en rouge. (L'utilisation du noir et blanc n'apparaîtra que bien plus tard.)
 

© National Museum of Scotland - Edimbourg
 
Ces pions ont directement inspiré la série "The saga of Noggin the Nog" créée par Oliver Postgate et Peter Firmin au tout début des années 60.
 

© http://www.nogginthenog.co.uk
 
 

"In the lands of the North, where the Black Rocks stand guard against the cold sea, in the dark night that is very long the Men of the Northlands sit by their great log fires and they tell a tale..."

 

Harry Potter and the Sorcerer’s Stone (2001)
© Warner Bros.
 
Le cinéma les a également introduit comme dans "Becket" (1964), "The Lion in Winter" (1968) et plus récemment en 2001 dans "Harry Potter à l'école des sorciers" ("Harry Potter and the Sorcerer’s Stone").
 
Elisabeth Féghali
The Cloisters Museum and Gardens
99 Margaret Corbin Drive
 Fort Tryon Park
 New York, New York 10040
 Phone: 212-923-3700
 
Sources
 
 
 
Notes :
1 Chess Piece in the Form of a Queen, ca. 1150–1200. Scandinavian, probably Norway, found on the Isle of Lewis, Outer Hebrides, Scotland, 1831. Walrus ivory; H. 3 3/4 in. (9.6 cm). The British Museum, London (1831,1101.84)

Share
1 commentaire

#1 Publié par Kalamus le mercredi 14 Décembre 2011 à 11h34

Très belle exposition, et une véritable découverte...


Poster un commentaire

Nom ou pseudo (obligatoire)
URL de votre site
Texte
Cryptogramme
(saisissez les lettres/chiffres ci-dessus)
  • Les commentaires sont modérés et peuvent faire l'objet de suppressions.
  • Tous propos diffamatoires ou hors sujets seront supprimés.